Archives par mot-clef : NRP

Rencontre NRP à l’occasion des 70 ans de la revue

Publié le par La rédaction NRP

 LENSe goût des livres Ou comment transmettre la passion de la littérature

Le 20 octobre 2016 –  De 14h à 18h à l’ENS, 45 rue l’Ulm Paris

 Qui n’a pas un jour eu une révélation en lisant : « Non, non, mon cher amour je ne vous aimais pas ! » ou : « C’était à Mégara, faubourg de Carthage, dans les jardins d’Hamilcar. » Ou encore : « Exilé sur le sol au milieu des  huées / Ses ailes de géants l’empêchent de marcher. » Je parle de nos propres révélations ou chocs littéraires. La passion de la littérature a souvent ses origines dans une lecture de hasard ou scolaire, le plus souvent. Léguée par un enseignant. Comment poursuivre cette transmission aujourd’hui ? Quels sont les chemins actuels pour mener les élèves à une lecture qui fait sens, un goût des livres qui recèle des mondes inconnus ? À l’école, on a développé une approche très technique de la lecture et du commentaire, au risque, parfois, de masquer et d’anesthésier le sens, les sens.  Comment alors envisager cette part de notre métier qui relève autant de l’initiation que de l’enseignement ? Nous avons demandé  à des écrivains, des écrivains et professeurs, des professeurs, des formateurs d’enseignants de répondre à ces questions.  Ils nous diront chacun à leur manière comment susciter cette nécessité vitale qu’est la lecture de la littérature. Où l’on découvre que le goût du livre est aussi un goût de vivre. 

Yun Sun Limet, Directrice de la NRP et Claire Beilin-Bourgeois, Conseillère pédagogique

Programme (le programme est en cours d’élaboration, il est susceptible d’être modifié) 

  • Ouverture et présentation de la NRP : petite et grande Histoire par Yun Sun Limet
  • Savoir lire par l’association Dys 
  • La petite musique de nuit des classiques par Cécile Ladjali
  • Lecture par Christine Curelier
  • Le goût des livres et la chair de l’écrivain par Pierre Péju
  • Lecture par Florient Azoulay
  • Quelques entrées concrètes dans la littérature par Antony Soron
  • Un exemple : faire aimer la littérature médiévale par Blandine Longhi
  • Lectures par Christine Culerier et Florient Azoulay

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Vous pouvez dès à présent vous inscrire en cliquant ici

bloc_alaune_70ans-2

 

Publié le par La rédaction NRP
Marqué avec , , ,

La science-fiction au collège

Publié le par La rédaction NRP

nrp_college_dossier_sf

Natacha Vas-Deyres, docteur en littérature française, francophone et spécialiste de la science-fiction a concocté pour les abonnés de la NRP collège un dossier passionnant autour du genre. Et comme une cerise sur un gâteau, elle a interviewé quatre auteurs de science-fiction pour la jeunesse. Extraits.

La science-fiction, une machine à écrire les futurs.

En 1976, Ray Bradbury, auteur des célèbres Chroniques martiennes (1950), écrivait que la science-fiction était devenue « une littérature centrale de notre temps » : « Nous retrouvons dans chaque récit de science-fiction l’ensemble des problèmes idéologiques, philosophiques et moraux posés par le développement de l’humanité ». La science-fiction, dont la nature originelle est littéraire, s’est métamorphosée aujourd’hui en un domaine culturel polymorphe. Son caractère transmédiatique se décline entre littérature, cinéma, séries télévisuelles, jeux de rôle ou jeux vidéos. Cette transversalité formelle, iconographique, thématique est aujourd’hui intégrée de manière évidente dans la culture des jeunes générations.

Le mot : un américanisme

Pour éclairer les origines, aujourd’hui encore discutées par les exégètes, du domaine science-fictionnel, sans doute faut-il, dans un premier temps, revenir à l’étymologie du mot lui-même. Le terme français « science-fiction » a pour origine l’expres­sion anglaise science fiction, sans tiret, apparu pour la première fois en 1851 sous la plume de l’écrivain britannique William Wilson : « We hope it will not be long before we may have other works of Science Fiction, as we believe such books likely to fulfil a good purpose, and create an interest, where, unhappily, science alone might fail… » (Nous espérons que peu de temps s’écoulera avant de lire d’autres ouvrages de science-fiction que nous croyons capables d’objectifs pertinents et de créer un intérêt, là où, malheureusement, la science a échoué.)
Il faut attendre presque soixante-dix ans pour retrouver l’utilisation de ce néologisme anglophone que Gérard Klein, écrivain et éditeur français, fon­dateur entre autres de la collection « Ailleurs & Demain » chez Robert Laffont, estime être un amé­ricanisme. Hugo Gersnback, créateur du magazine américain Amazing Stories en 1926, est considéré comme le fondateur de la science-fiction aux États- Unis. En 1929, suite à un éditorial qu’il a écrit dans le premier numéro du Pulp Science Wonder Stories, le terme commence à s’imposer en Amérique du Nord, aussi bien dans les milieux professionnels que chez les lecteurs, remplaçant ainsi d’autres vocables alors en usage dans la presse spécialisée comme scientific romance ou scientifiction. Pour les Américains, qui se voient comme les créateurs modernes de la science-fiction, le terme exprime « un courant littéraire nouveau à mettre au service de l’idéal représenté par le Nouveau Monde. [...] En faisant table rase du passé, l’imaginaire moderniste de la nation américaine projette fièrement dans le futur son désir d’âge d’or 3 ».
Les années 1930 ont donné naissance aux plus grands maîtres du genre. En 1937, John Campbell, écrivain déjà confirmé, est nommé à la tête de la revue Astounding Stories 4. Pour lui, la science-fiction n’a pas seulement valeur littéraire : elle propose un outil de réflexion sur l’évolution scientifique de l’hu­manité. Ce travail d’exigence fit en grande partie le succès de la revue. Il aurait eu cependant moins de portée si Campbell n’avait su repérer le talent d’une poignée de jeunes auteurs : Robert Heinlein, Isaac Asimov, Theodore Sturgeon, Alfred Elton van Vogt ou Clifford D. Simak, autant d’écrivains considérés aujourd’hui comme des maîtres de la science-fiction américaine. Leurs œuvres sont devenues des classiques de la littérature mondiale : Une porte sur l’été (Heinlein, 1956), Fondation et Les Robots (Asimov, 1951, 1950), Les Plus qu’humains (Sturgeon, 1953), Le Monde des A (Van Vogt, 1945) 5, Demain les chiens et Le Torrent des siècles (Simak, 1952, 1952).

La science-fiction jeunesse : des écrivains qui rêvent et qui osent

Pierre Bordage, Christian Grenier, Danielle Martinigol et Joëlle Wintrebert, tous quatre romanciers, nous livrent quelques secrets de fabrication d’une science-fiction destinée à un jeune lectorat.

Pourquoi, en tant qu’écrivain de science-fiction – entre autres –, avez-vous choisi d’écrire pour un jeune public ?

Christian Grenier : Si j’ai choisi, en 1968, d’écrire de la science-fiction, Barjavel et les missions Apollo y étaient pour beaucoup. Depuis l’adolescence et le lancement du premier Spoutnik (1957), j’étais passionné par l’astronomie et je suivais les progrès de la conquête spatiale. À la suite du chagrin de mon épouse qui venait d’achever, en pleurs, la lecture de La Nuit des temps, j’ai décidé d’écrire spécialement pour elle « un roman de science-fiction qui se terminerait bien ». Seule destinataire de ce récit, elle m’a encouragé à le publier. C’est Tatiana Rageot, qui avait alors 70 ans, qui l’a édité, et à ma grande surprise, je suis devenu un « écri­vain de science-fiction » pour les garçons de 14-15 ans.

Danielle Martinigol : L’écriture est un processus d’imitation. On lit, on aime, on imite, on écrit. Je parle là d’enthousiasme, d’admiration, d’amour pour un genre et des auteurs qui génèrent l’envie d’en faire autant. J’ai découvert la science-fiction à onze ans avec les romans de la collection « Anticipation » que lisait mon grand-père. Devenue professeur de lettres, j’ai cherché des romans adaptés pour faire découvrir le genre à mes élèves. J’en ai trouvé d’excel­lents, mais peu. Le besoin d’imitation s’est alors installé, lentement… J’ai mis cinq ans pour écrire L’Or bleu.

Pierre Bordage : Je ne l’ai pas vraiment choisi. Alain Grousset, directeur de la col­lection « Ukronie » chez Flammarion, me l’a proposé. Résultat, j’ai écrit trois romans : Ceux qui sauront, Ceux qui rêvent et Ceux qui osent. Auparavant, j’avais adapté le film d’animation Kaena, la prophétie, pour lequel j’avais été scénariste au tout début.

Joëlle Wintrebert : Je n’ai pas non plus vraiment choisi d’écrire pour un jeune public, j’étais même plutôt réticente. Cas­terman, l’éditeur de la collection « L’Ami de poche », m’a sollicitée avec insistance en m’assurant que l’écriture à destination d’adolescents n’était pas différente de l’écri­ture pour adultes, à l’exclusion du sexe et de la violence. Ainsi est né Nunatak, devenu Les Gladiateurs de Thulé chez Flammarion.

À suivre… dans le numéro collège de mars 2016

Publié le par La rédaction NRP
Marqué avec , ,

Programme collège 2015-2016

Publié le par La rédaction NRP

Découvrez le nouveau programme de la NRP !

Septembre 2015

Revue Contes et nouvelles
Séquence 6e : Lire, rire et jouer en 6e avec Le Petit Chaperon Uf de Jean-Claude Grumberg
Séquence 5e : Le Graal selon Barjavel, entre tradition et modernité
Séquence 4e : Nouvelles à chute, un défi au lecteur

Supplément
Savoir dire non : lectures de Sophie Scholl de Jean-Claude Mourlevat et de quelques romans historiques – Niveau 3e

Novembre 2015

Revue Quelques figures du roi
Séquence 5e : Arthur et le roi médiéval
Séquence 4e : Représentations du pouvoir royal dans le théâtre de Corneille
Séquence 3e : Le Roi se meurt d’Eugène Ionesco, figure tragique ou dégradée du roi

Supplément
Jacques Cassabois, L’Épopée d’Héraclès  – Niveau 6e

Janvier 2016

Revue Intégrer l’histoire des arts au programme de français
Séquence 6e : Musique, dessins, textes : autour de l’album L’Opéra volant
Séquence 4e : Les arts au service de la légende napoléonienne
Séquence 3e : C’était la guerre des tranchées de Jacques Tardi, un témoignage en bande dessinée

Supplément
Jack London, Nouvelles du Grand Nord – Niveau 5e

Mars 2016

Revue Le monde de la science-fiction
Séquence 6e : Chevaliers modernes : les figures de super-héros
Séquence 5e : L’or bleu de Danielle Martinigol
Séquence 4e : Des Fleurs pour Algernon de Daniel Keyes, l’homme tout puissant grâce à la science  ?

Supplément
Philippe K. Dick, Ubik– Niveau 3e

Mai-juin 2016

Revue Modernité de Guillaume Apollinaire
Séquence 6e : Poésie en formes : Calligrammes d’Apollinaire
Séquence 5eLe Bestiaire d’Apollinaire, à la croisée des arts
Séquence 3e : Apollinaire, artiste parmi les artistes

Supplément
Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac– Niveau 4e

Publié le par La rédaction NRP
Marqué avec , , ,

Les jeunes années de la NRP…

Publié le par La rédaction NRP

Cela ne se voit pas, mais la Nouvelle Revue Pédagogique fête cette année ses 70 ans. À l’occasion de cet anniversaire, nous vous invitons à découvrir des pages publiées en 1948. On y trouvait alors de tout, mais seulement pour le collège : orthographe, physique, mathématiques, histoire, langues vivantes, sans oublier l’utile leçon de « morale et instruction civique ». Comme aujourd’hui, la revue voulait être au plus près de ses lecteurs auxquels elle lançait déjà des appels à témoignage, et qu’elle invitait à débattre de sujets déjà polémiques. Nous vous laissons réviser votre cours sur les glaciers de montagne, et méditer le sens que Jean Jaurès donne au mot courage.

 


2

3

 

Publié le par La rédaction NRP
Marqué avec ,

On parle de nous dans la presse : L’Enfant de Schindler, Leon Leysson

Publié le par La rédaction NRP

À l’occasion de la sortie du supplément collège de mars 2015  L’Enfant de Schindler  de Leon Leysson deux articles sont parus dans L’Est Éclair.  Si le premier est consacré à l’ensemble du supplément, le second s’attache plus particulièrement au devoir de mémoire et présente la ressource numérique intitulée Pourquoi commémorer ? L’exemple d’une commune de l’Aube.  Exceptionnellement, cette ressource est accessible à tous, vous pourrez la télécharger dans l’espace « Ressources abonnés » du site de la NRP collège.

Les abonnés numériques, auront accès à une ressource exclusive composée de documents d’époques inédits. Une première à la NRP.

Nous en profitons pour remercier chaleureusement Léo Lamarche, notre auteur, grâce à qui nous avons pu vous proposer ce contenu exclusif.

Article du 11 janvier 2015

Sans titre-1

 

 

 

 

 

 

 

Article du 19 février 2015

Article NRP 2

 

Publié le par La rédaction NRP
Marqué avec , , , ,

Programme collège 2014-2015

Publié le par La rédaction NRP

Découvrez le nouveau programme de la NRP !

Septembre 2014

Revue Littérature et humour
Séquence 5e : Jeux poétiques, de la grande rhétorique à l’Oulipo
Séquence 4e : La peinture d’un ridicule : le provincial à Paris selon Molière (Monsieur de Pourceaugnac)
Séquence 3e : Roy Lewis, Pourquoi j’ai mangé mon père

Supplément
Les Métamorphoses d’Ovide – Le monde depuis les origines, la vision d’un poète – Niveau 6e

Novembre 2014

Revue Travailler l’oral
Séquence 6e : Le Loup dans les fables : jouer, déclamer et débattre
Séquence 5e : S’inscrire dans le patrimoine avec La Chanson de Roland
Séquence 4e : La voix des Lumières : aborder la critique sociale par l’oral

Supplément
Stefan Zweig, Le Joueur d’échecs (Carré classique) – Niveau 3e

Janvier 2015

Revue  Lettres d’Afrique
Séquence 6e : Contes initiatiques africains : les enseignements de la savane
Séquence 4e : La bande dessinée Aya de Yopougon, un nouvel art du récit
Séquence 3e : Chants de révolte, poèmes de la négritude

Supplément
Joseph Kessel, Le Lion – Niveau 5e

Mars 2015

Revue La Lettre et le Journal
Séquence 6e : Les Lettres de mon moulin d’Alphonse Daudet, un conte pour grandir
Séquence 5e : Carnets de route, récits de voyage… : de l’observation à la création
Séquence 4e : Norlande de Jérôme Leroy, au croisement du roman policier et du roman par lettres

Supplément
Hélène Berr, Un Journal dans l’Histoire – Niveau 3e

Mai-juin  2015

Revue  Théâtre contemporain au collège
Séquence 6e : Conte, clown et marionnettes : comprendre l’écriture scénique de Faim de Loup de Laurie Cannac et Ilka Schönbein
Séquence 5e : Le Syndrome de Gaspard d’Hervé Blustch, une farce contemporaine
Séquence 3e : Cendrillon de Joël Pommerat, modernité d’un conte

Supplément
Quatre nouvelles réalistes sur l’argent– Niveau 4e

Publié le par La rédaction NRP
Marqué avec , , ,

Les nouveautés NRP de la rentrée 2013

Publié le par La rédaction NRP

La NRP change quelque peu pour cette rentrée 2013. Voici un  récapitulatif pour mieux vous y retrouver.  Suivez le guide !

Commençons par un changement de nom pour le cahier collège, qui s’appelle désormais supplément collège. Pas d’inquiétude, le contenu reste le même : un numéro thématique en septembre consacré au lexique puis des numéros consacrés à l’étude d’œuvres intégrales.

D’autres changements ont eu lieu sur les sites NRP.  Vous l’avez déjà peut-être remarqué en vous connectant, vous êtes maintenant accueillis par un tout nouvel espace ressources : tout ce qui peut vous aider à concevoir vos cours se trouve  ici, organisé en six sous – catégories, dont certaines vont être développées au cours des prochains mois.

 

  • ressources abonnés,
  • boutique anciens numéros (anciennement boutique numérique), 
  • boutique fiches et séquences,
  • classe théâtre,
  • vidéo conférences,
  • cinéma et musique.

 

Attention les ressources «boutique » sont indépendantes de votre abonnement.

Lire la suite

Publié le par La rédaction NRP
Marqué avec

Devenez membre du jury Prix NRP Littérature jeunesse

Publié le par la redaction nrp

Vous êtes  abonnés à la NRP et professeur de lettres ou documentaliste en collège, vous vous intéressez à la littérature jeunesse, vous pouvez devenir membre du jury de notre prix Littérature jeunesse. Lire la suite

Publié le par la redaction nrp
Marqué avec , ,