Archives par mot-clef : École

Les systèmes éducatifs scandinaves

Publié le par La rédaction NRP

En ces temps où les politiques exposent leurs projets pour l’École, les systèmes scandinaves sont souvent désignés comme des modèles. Qu’en est-il exactement ? Un débat sur le modèle éducatif finlandais est accompagné d’un article pour en comprendre les principes.

Régulièrement placée en haut du classement proposé par les enquêtes PISA, la Finlande est également l’un des pays qui affiche le moins de disparités entre les meilleurs élèves et les plus faibles. Depuis les années 2000, la Finlande fait donc figure de modèle en matière d’éducation. À l’instar de Paul Robert et de Fred Dervin (voir l’extrait du débat ci-dessous et en p.5 de la NRP collège de mars 2017) nombreux chercheurs voyagent chaque année jusqu’en Finlande pour tenter de comprendre son système éducatif, qui ne fait pourtant pas l’unanimité.

Un système curriculaire

Le système éducatif finlandais actuel est le fruit d’une réforme ambitieuse entreprise en 1970. Le gouvernement décide alors de mettre en place un système curriculaire abolissant les notions de « classe » ou de « filière » au profit de l’école fondamentale (l’équivalent en France du primaire et du collège) qui est obligatoire pour tous les enfants dès l’âge de 7 ans et ce jusqu’à leurs 16 ans. Cette dernière propose un parcours scolaire organisé autour de classes d’âge réparties sur neuf années, au cours desquelles les élèves acquièrent, à leur rythme, les contenus des programmes. La scolarité est scindée en deux cycles distincts : les six premières années les élèves suivent un enseignement général inculqué par un seul professeur, puis ils suivent un enseignement disciplinaire les trois dernières années. Bien que le redoublement n’existe pas dans le système finlandais et que tous les élèves passent nécessairement dans les classes d’âge suivantes, ils doivent se soumettre à un examen au terme du premier cycle, ce qui permet de mettre en exergue leurs éventuelles faiblesses et peut donner lieu à des cours de soutien. Si le début de la scolarité obligatoire est fixé à l’âge de 7 ans, il est toutefois possible pour les élèves d’entreprendre une année « préscolaire » (ce qui est le cas de 97 % des élèves) durant laquelle les enfants appréhendent, par le biais du jeu, leur futur rôle d’élève. Au terme de l’école obligatoire, les élèves auront le choix de poursuivre ou non leur cursus scolaire dans un lycée général ou un établissement professionnel, selon les résultats obtenus lors de leur « matriculation», qui certifie la fin de la scolarité obligatoire sous la forme d’un contrôle continu. Les élèves peuvent néanmoins choisir de rester une année supplémentaire à l’école fondamentale dans le but d’améliorer les résultats de leur matriculation. La continuité pédagogique caractérise le système éducatif finlandais, puisque l’ensemble de la scolarité est pensé comme un tout, de l’école préscolaire au lycée. […]

 Extraits du débat

Un système exemplaire

Par Paul Robert, agrégé de lettres classiques, proviseur du lycée Jacques Prévert à Saint-Christollès-Alès et auteur de La Finlande : un modèle éducatif pour la France ? (ESF éditeur, 3e édition 2010)

Un des aspects intéressants du modèle finlandais est le processus de réforme : à partir du moment où des principes clairs sont établis, ils sont mis en œuvre de façon très progressive, très déterminée et en allant toujours dans le même sens, quels que soient les changements de majorité. C’est vraiment ce qui manque en France, car malgré l’évolution du système éducatif qui est réelle et somme toute relativement cohérente, il y a toujours cette fâcheuse impression qu’un changement de majorité va tout mettre par terre. J’en veux pour preuve la réforme initiée par Vincent Peillon, qui n’a pas été toujours accueillie avec enthousiasme par les professeurs, parce qu’ils ont toujours à l’esprit qu’elle risque de ne pas être pérenne. […]

Une renommée exagérée

Par Fred Dervin, professeur en éducation interculturelle à l’université d’Helsinki et auteur de La Meilleure Éducation au monde ? Contre-enquête sur la Finlande (L’Harmattan, Paris, 2013)

Les façons de présenter le « modèle finlandais» se fondent souvent sur des réalités déformées, construites par les médias, les hommes politiques ou les exportateurs de l’éducation finlandaise. Un discours a-critique et parfois exagéré est apparu sur cette éducation (il n’y a pas d’évaluation ; tous les enseignants sont bons ; la formation des enseignants est exemplaire, etc.). Présenté comme révolutionnaire, le nouveau curriculum finlandais contient des idées déjà un peu vieilles voire dépassées (autonomisation des apprenants, prise en compte de la diversité culturelle, interdisciplinarité, approche par le jeu, politesse, etc.). Ces idées sont comprises et interprétées de façon différente selon les enseignants, les décideurs locaux et mises en place en fonction des moyens financiers disponibles localement. Les derniers résultats (moins bons) de la Finlande aux études PISA montrent d’ailleurs qu’un écart est en train de se creuser entre les régions. […]

 

Lire la suite dans la NRP collège de mars 2017

Publié le par La rédaction NRP
Marqué avec , ,

Le Français dans les nouveaux programmes pour l’école et le collège

Publié le par La rédaction NRP

La première version du projet de programmes que Le Café pédagogique s’est procurée induit un changement profond dans l’esprit et la lettre du texte officiel.  Si l’orientation choisie est confirmée, ces programmes ne sont plus le bréviaire qu’on a connu mais une feuille de route.

La scolarité suivra désormais 4 cycles de trois ans. La 6e appartient au cycle 3, la 5e, 4e, 3e constituent le cycle 4. Le projet fixe seulement des objectifs à atteindre en fonction des compétences à maîtriser, ce qui a pour conséquence un accroissement considérable de la liberté pédagogique.

Un exemple pris dans les programmes de 4e pour illustrer le changement de cap :
Réalisme : films, fiction audiovisuelle, peinture

 
Programme de 2008 :
Le récit au XIXe siècle :  Le professeur fera lire au moins deux œuvres choisies dans les deux entrées suivantes : – une nouvelle réaliste et/ou une nouvelle fantastique, intégralement ; – un roman, intégralement ou par extraits. Les œuvres sont choisies parmi celles d’auteurs français ou étrangers : Honoré de Balzac, Victor Hugo, Alexandre Dumas, Prosper Mérimée, George Sand, Théophile Gautier, Gustave Flaubert, Guy de Maupassant, Emile Zola ; E. T. A. Hoffmann, Alexandre Pouchkine, Edgar Allan Poe, Nicolas Gogol, Charlotte ou Emily Brontë, Ivan Tourgueniev.
 
Projet de programme de 2016
La fiction pour interroger le réel
Repères : nouvelles et romans réalistes
Réalisme : films, fiction audiovisuelle, peinture

Reste la question de la langue. La maîtrise de la langue est affirmée dans les nouveaux programmes comme un objectif prioritaire. Pourtant, on note peu d’évolution de ce côté : la langue reste intégrée à la séquence :  « Des séances spécifiques en étude de la langue peuvent se trouver justifiées à l’intérieur de la séquence. L’étude de la langue se fait néanmoins prioritairement dans une dynamique d’ensemble incluant activités de lecture, d’écriture et d’oral dans une même perspective de développement des compétences langagières.»
Attention, rien n’est définitif dans ce texte. Il ne le sera qu’en septembre 2015, à l’issue de la consultation organisée par le ministère.

Cliquez pour voir la progression envisagée pour le cycle 4.

Publié le par La rédaction NRP
Marqué avec , , , ,

La Cour de Babel : entre les murs d’une classe d’accueil

Publié le par La rédaction NRP

Par Gaëlle Bebin

La Cour de Babel, Julie Bertuccelli

Cinq ans après Entre les murs, un film plonge à nouveau le spectateur dans la vie d’une classe de français dans un collège difficile de l’Est parisien tout au long d’une année : La Cour de Babel de Julie Bertuccelli, au cinéma à partir du 12 mars. Ce documentaire est né d’une rencontre, lors d’un festival de film scolaire, entre la réalisatrice et un professeur en classe d’accueil, Brigitte Cervoni.

Le réalisateur Laurent Cantet avait trouvé son inspiration dans le livre Entre les murs, où François Bégaudeau créait des scènes tirées de son expérience de professeur de français. Le film, remarquable, est une fiction avec d’authentiques élèves et des situations de classe reconstituées, plus vraies que nature. On y voit la solitude du professeur face au groupe en rébellion contre les règles et l’autorité, la lutte épuisante pour tenter d’instaurer le respect, de transmettre la maîtrise de la langue, le goût du mot juste. La Cour de Babel montre un autre aspect de l’école. Très émouvant, ce film suit l’année particulière d’une vingtaine d’élèves de cultures différentes qui viennent d’arriver en France. Inscrits dans une classe qui leur laisse le temps d’améliorer leur français et de s’adapter au collège pour rejoindre ensuite une classe ordinaire, ils apprennent aussi à se connaître, prendre confiance, former de nouvelles racines, réfléchir à ce que sera leur avenir. Les conditions de vie sont pour certains d’entre eux difficiles, et les relations avec les autres élèves du collège sont malaisées. Des tensions s’expriment également dans la classe mais elles s’y apaisent parce que la classe d’accueil est vécue comme une chance plutôt que comme une obligation, parce qu’elle est un lieu de vie et d’échanges autant que d’apprentissage, et que celui du français est pour eux le meilleur moyen de s’intégrer et de réussir.

 

Entretien avec Brigitte Cervoni

G. B. : Dans quel objectif avez-vous autorisé la réalisatrice Julie Bertuccelli à filmer vos cours et vos rencontres avec les parents des élèves pendant une année scolaire ?
B. C. : Je n’aurais pas laissé un journaliste venir quelques jours chercher le sensationnel. Julie a un regard bienveillant, nous avons beaucoup échangé, elle a pris le temps de poser sa caméra en venant deux fois par semaine pendant un an. Ayant fait l’impasse sur les moments d’apprentissage du français écrit, elle n’a pas fait un film pédagogique. On découvre plutôt comment ces élèves réussissent à établir une fraternité. La Cour de Babel montre l’apprentissage de la tolérance, l’importance de la laïcité pour vivre ensemble harmonieusement, l’égalité des chances qu’offre l’école, la résilience aussi – malgré une histoire parfois très difficile, ces jeunes vont de l’avant.

G. B. : Quelles sont les particularités de l’enseignement en classe d’accueil ?
B. C. : Les élèves et leur professeur passent une dizaine d’heures par semaine ensemble. La classe est très hétérogène du fait de la grande différence entre les âges (de 11 à 16 ans), les langues, les cultures, les parcours. Certaines familles sont là parce qu’elles demandent l’asile (fuyant la persécution, le mariage forcé), parce que les parents ont perdu leur travail dans leur pays, ou qu’ils recherchent de bonnes études pour leurs enfants. Ils placent tous leurs espoirs dans le pays d’accueil. Ce qui réunit ces élèves est une grande appréhension en arrivant dans un pays dont ils ne maitrisent pas la langue, et un désir très fort de réussir. C’est sans doute moins le cas des jeunes issus de l’immigration qui ont vu les espoirs de leurs parents déçus.

G. B. : La pédagogie que vous utilisez peut-elle inspirer celle des professeurs en classe ordinaire ?
B. C. : Ce qu’il faut, en classe d’accueil comme en classe ordinaire, c’est mettre en place une vraie différenciation pédagogique pour proposer à chacun ce dont il a besoin – des moments en commun et des travaux par groupes de niveau par rapport à un même thème d’apprentissage. Il faut aussi, partout, valoriser les réussites, en partant de ce qu’ils savent, pas de ce qu’ils ignorent. L’évaluation ne doit pas être vue comme une sanction douloureuse, elle est au service des apprentissages, elle vérifie que l’élève a ou non les compétences. Une mention, comme les félicitations par exemple, devrait prendre en compte moins le niveau atteint que les progrès accomplis.

G. B. : Le cinéma est présent dans votre pédagogie puisque vous faites participer vos élèves à la réalisation d’un film, présenté au festival du cinéma scolaire Ciné-Clap à Chartres. Comment ce projet est-il mené ?
B. C. : Entre collègues (d’école, de lycée professionnel et de collège), nous nous fixons tous les ans une thématique et une contrainte de forme communes. Cette année-là, ce furent la différence et le documentaire. Dans le cadre du dispositif École et Collège au cinéma, nous choisissons un film au programme qui va servir de support à la réflexion. J’organise un brainstorming pour que les élèves trouvent des idées de thèmes à aborder, de scènes à tourner ; nous étudions les types de plans, de cadrages, nous nous interrogeons sur la présence ou pas d’une voix off, de musique, avec quels droits… Les élèves conçoivent le storyboard, une intervenante les aide à filmer, à monter. Le titre de notre film : Élèves d’ici venus d’ailleurs.

Publié le par La rédaction NRP
Marqué avec , , , ,

La meilleure école du monde… Quand l’architecture se mêle à l’apprentissage

Publié le par la redaction nrp
École de Joensuu, Architectes Lahdelma & Mahlamäki, Joensuu 2007, photo Jussi Tiainen

École de Joensuu, Architectes Lahdelma & Mahlamäki, Joensuu 2007

Et si la pédagogie n’était pas le seul élément nécessaire à l’apprentissage ?  Un bon environnement est tout aussi essentiel et la Finlande – qui possède l’un des meilleurs systèmes éducatifs du monde – innove avec des écoles entièrement conçues pour améliorer le bien-être de ses élèves. L’Institut Finlandais de Paris nous fait découvrir sept de ces écoles hors normes.

Lire la suite

Publié le par la redaction nrp
Marqué avec , , ,