Rentrée littéraire et nouveaux programmes

Publié le par La rédaction NRP

Dans sa chronique livres de la rentrée, Édith Wolf a choisi parmi les publications récentes un livre de littérature jeunesse par niveau en accord avec les nouveaux programmes. Voici le livre proposé en 4e.

livre_4eNadia Coste, L’empire des auras, Seuil Jeunesse, 304 pages, 13,90 €

La confrontation des valeurs dans un roman d’anticipation

En 2059, il n’y a plus de racisme ni d’homophobie mais les humains sont divisés en deux catégories suivant la couleur de leur « aura ». Les scientifiques ont découvert en effet que chaque individu émet une aura, invisible à l’oeil nu, blanche à la naissance, bleue ou rouge ensuite. Or les porteurs d’une aura bleue sont des privilégiés alors que les « rouges » sont ostracisés. La société s’organise dans un véritable apartheid. Si la séparation n’est pas totale, c’est d’une part que la couleur de l’aura ne se transmet pas des parents aux enfants et d’autre part que des bleus peuvent « basculer » et devenir des rouges. Chaque bleu, lorsqu’il entre en contact avec quelqu’un, vérifie la couleur de l’aura de son interlocuteur grâce à une application de son téléphone portable. La mère de Chloé, l’héroïne, est une bleue fanatique, et elle « scanne » ainsi chaque matin sa propre fille. Le père de la jeune fille
est chômeur, ce qui oblige Chloé à fréquenter un lycée public qui accueille les élèves sans distinction de couleur.
C’est alors qu’elle découvre que certains rouges sont honnêtes et que certains bleus sont de franches crapules. Elle tombe amoureuse d’un rouge et, mettant en question le fanatisme de sa mère, commence à se faire une opinion personnelle. Se détournant des fausses valeurs de la « pureté bleue », elle leur préfère celles de la solidarité. Elle découvre les manipulations criminelles d’un chercheur qui veut à tout prix prouver l’origine organique de la « bascule ». Or cette cause est la culpabilité, que
seuls les rouges éprouvent. Chloé s’engage dans la lutte qui permettra la révélation de cette vérité.
La dimension d’anticipation, discrète, est centrée sur le propos du livre. Des adolescents ordinaires découvrent les failles des adultes, l’autonomie et l’amour. Les élèves s’identifieront aisément à eux, et apprécieront l’action bien menée de ce roman qui permet d’approfondir une réflexion sur la confrontation des valeurs. On peut aussi le proposer en 3e autour du thème « Agir dans la cité ».

Nuages de tags

Publié le par La rédaction NRP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>